Conseils pour choisir les masques antiparticulaires

Un masque facial avec un filtre de haute qualité peut être une mesure efficace contre l’inhalation de petites particules nocives. Cependant, tous les masques ne sont pas efficaces contre la respiration de petites particules polluantes et, en tout cas, ne protègent pas contre les gaz souvent toxiques qui polluent nos villes, comme ceux émis par les véhicules diesel. En outre, pour être efficaces d’une manière ou d’une autre, ils doivent être portés correctement et, avant même cela, le modèle choisi doit s’adapter correctement à votre visage. Malgré les avantages évidents pour la santé, le port d’un masque peut être inconfortable et certains utilisateurs se plaignent qu’il limite la quantité d’oxygène que vous pouvez inhaler à chaque respiration. C’est pourquoi il est essentiel de trouver le bon masque et de s’assurer qu’il est bien ajusté.

Présence d’un filtre multicouche

À l’intérieur du masque, le filtre à particules n’est qu’un carré à l’intérieur. Les masques en coton ou les masques chirurgicaux ne sont pas du tout efficaces. Les masques haut de gamme sont équipés de filtres multicouches sophistiqués. Les masques dotés d’un bon filtre à particules ont une certification basée sur la quantité de particules filtrées.

Recherche d’un masque certifié

La certification et la notation d’un masque sont importantes. Elles indiquent que le masque a été testé et qu’il répond aux normes de référence pour la filtration des petites particules en suspension dans l’air. La classification FFP2 ou FFP3, par exemple, est une norme d’évaluation testée par l’Union européenne. Par conséquent, utilisez des masques conformes à la norme EN149.

Choisir le bon type de protection

Les normes européennes distinguent trois classes de filtration selon leur capacité à retenir les particules (poussières, brouillards et vapeurs).  FFP1 est recommandé pour le coton, le graphite, l’hydroxyde de sodium, le foin. FFP2 est recommandé pour le bois, le ponçage de pièces métalliques, la résine, la laine de verre, les graines, les champignons. FFP3 est recommandé pour la fibre céramique, la laine de roche, le cadmium, le chrome, le chêne, le hêtre, la silice, le plomb, l’amiante. Les masques pour la protection contre les poussières fines doivent donc être choisis parmi ces trois types.

Opter pour une bonne efficacité de filtrage

Les masques FFP3 sont, en principe, les meilleurs contre la pollution par les poussières fines – en particulier les PM10 et PM2,5, retenant jusqu’à 98 particules. Les FFP3 sont légèrement plus lourdes et plus inconfortables que les FFP1 et FFP2, qui offrent une efficacité de filtrage de 78 et 92 pour cent respectivement.

Tenir compte des temps d’exposition

En fonction des périodes d’exposition à la pollution atmosphérique, les deux premiers types de masques, FFP1 et FFP2, peuvent également être suffisants. En pratique, pour ceux qui sortent faire leurs courses ou qui vont à l’école et au bureau, le FFP1 est plus que suffisant. Pour les personnes qui travaillent plusieurs heures à l’extérieur, comme les agents de circulation, le FFP2 est plus approprié. La FFP3 est réservée à ceux qui effectuent certains travaux industriels et en tant qu’antismog, ils sont exagérés : encombrants et lourds, ils peuvent provoquer un sentiment d’oppression.

Choisir des fabricants fiables

Vous ne pouvez pas vous permettre de prendre des risques lorsque votre santé est en jeu. Il faut toujours jouer la sécurité. Il existe des multinationales bien connues qui fabriquent et vendent divers masques jetables FFP2 et FFP3 relativement peu coûteux.

Achat de produits haut de gamme

Des marques vendent en ligne sur des sites de commerce électronique des masques d’aviation N99. Il est beaucoup plus difficile de trouver les masques N100 et vous devrez peut-être contacter un fournisseur industriel pour les obtenir. La différence entre les masques P100 et N100 est que le premier peut également filtrer les polluants à base d’huile, qui ne peuvent être éliminés du second.

Coûts et durée : modèles P contre N

Le coût des masques, pour un même producteur, varie généralement en fonction du niveau de protection offert. Les masques de type P, qui sont des masques industriels, sont beaucoup plus chers que leurs homologues N et doivent également être remplacés fréquemment : l’Institut national américain pour la sécurité et la santé au travail indique qu’ils doivent être utilisés pendant 40 heures ou un mois.

Filtre jetable ou remplaçable

Chaque masque jetable peut être utilisé pendant au moins quelques jours, jusqu’à ce qu’il soit sale ou que vous ne puissiez plus le respirer facilement. Certaines sociétés proposent une large gamme de masques jetables certifiés. Ces masques sont considérés comme l’étalon-or des masques car ils ont de loin le plus long historique.

Trouver le modèle de taille appropriée

Pour avoir un minimum d’efficacité, la bouche et le nez doivent être complètement isolés de l’extérieur. Il est donc primordial de choisir un masque de la bonne taille, car chacun se positionnera légèrement différemment sur le visage. Le mieux serait de se rendre en personne chez un détaillant local. Vous pouvez aussi prendre des mesures détaillées pour vous assurer que le masque filtrera l’air que vous respirez et sera en même temps confortable.

Veiller à ce que le masque soit bien ajusté

Assurez-vous que le masque est bien ajusté et qu’il n’y a pas d’espace pour laisser entrer l’air extérieur. Tout espace sur les bords du masque permettrait à l’air de neutraliser complètement tout bénéfice ou protection qui serait obtenu par le filtrage des particules polluantes, quelle que soit la marque, la tendance ou le prix. Il s’agit donc d’une condition minimale pour bénéficier d’une certaine protection. Une condition nécessaire pour qu’un masque soit efficace est qu’il adhère aux bords.

Vérifier le niveau de ventilation

Une bonne ventilation du masque compte, surtout pour ceux qui pourraient vouloir faire de l’exercice à l’extérieur tout en portant le masque. Certains masques sont relativement éloignés du visage, ce qui crée un espace confortable pour respirer, tandis que d’autres sont trop étouffants pour un effort intense. Vous devez donc choisir le masque qui répond le mieux à vos besoins. Pour le cyclisme ou l’exercice physique, un modèle avec une valve d’expiration peut être recommandé.

Passer le test des lunettes

Souvent, un masque ne s’adapte tout simplement pas bien à votre visage. Le plus inquiétant est que les gens se promènent en pensant qu’ils sont protégés. Un bon test pour les porteurs de lunettes est de savoir si les lunettes s’embuent à cause de la vapeur lorsqu’ils portent le masque. Si c’est le cas, les masques ne sont pas étanches, ce qui passe par les bords entre le masque et la peau du visage.

Cartouche de carbone : oui ou non ?

Les masques à particules mentionnés ne contribuent pas à réduire l’exposition aux gaz et aux vapeurs, tels que l’ozone, le dioxyde de soufre et le dioxyde d’azote, qui peuvent avoir des effets aigus et chroniques au-delà de certains seuils d’inhalation. Pour réduire l’exposition à ces gaz et vapeurs, un filtre à particules combiné à une cartouche de carbone est nécessaire. Un masque avec des filtres à carbone pour un usage professionnel utilisé dans les environnements de travail.

Choisir la protection qui vous convient

Les types de particules comprennent, par exemple, la poussière des garnitures de freins des voitures et des camions, la poussière des routes, les fumées des véhicules diesel et le pollen. La variation de la taille de ces particules résulte du type de carburant et de l’efficacité avec laquelle il est brûlé. Choisissez le type de filtration et de masque qui convient à vos besoins spécifiques.

Prendre en compte le style

Certains masques à la mode font ressembler ceux qui les portent à des animaux ou à des personnages de bandes dessinées. Il est parfois suggérer de placer un second masque sur le premier, complétant ainsi le look avec un masque qui peut être inefficace mais esthétiquement agréable. Après tout, si les gens se sentent laids en portant leur masque, ils seront peut-être moins enclins à le porter.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *