Le radon dans les bâtiments : les dangers qu’il cause et comment les éviter

Le radon (Rn-222) est un gaz noble radioactif incolore et inodore issu de la désintégration de l’uranium-238, un minéral radioactif naturel présent dans la croûte terrestre. Le radon, qui émane du sol et se propage dans l’air, est la plus grande source de rayonnement ionisant dans le milieu naturel.

Le radon est hautement radioactif, et ses produits de désintégration contribuent à une dose moyenne de 1,26 mSv/an pour l’homme. Le radon est réparti de manière inégale et sa distribution varie dans le temps, il peut être libéré du sol même lors d’épisodes soudains, formant des « nuages de radon », de sorte que des doses beaucoup plus élevées peuvent être reçues dans de nombreuses régions du monde et aussi en Italie, où il constitue donc un danger pour la santé.

Les effets du gaz radon

Le gaz radon, en effet, peut s’accumuler à l’intérieur des bâtiments et des habitations, surtout dans leurs niveaux inférieurs, en provenance du sous-sol ou de certains matériaux de construction, comme le tuf italien. Une fois inhalés par ses habitants, les produits de la désintégration radioactive du radon peuvent adhérer aux cellules qui tapissent les poumons, exposant ainsi les cellules épithéliales bronchiques sensibles aux rayons alpha, ce qui, à long terme, peut entraîner un cancer du poumon.

Le cancer du poumon est la principale cause de décès liés au cancer dans le monde. Après la fumée de tabac, l’exposition au radon est la deuxième cause de cancer du poumon dans de nombreux pays. En particulier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) note que le radon est à l’origine de 14 cancers et de cancers du poumon dans le monde. Chaque année, selon les estimations actuelles, rien qu’en Italie, environ 3 300 décès dus au cancer du poumon sont associés à l’exposition au radon.

Il s’ensuit également que le radon est la principale cause de cancer du poumon chez les non-fumeurs. Bien que le cancer du poumon puisse être traité, son taux de survie est l’un des plus faibles parmi les personnes atteintes d’un type de cancer. À partir du moment du diagnostic, seuls 11 à 15 %, selon les facteurs démographiques, des personnes qui en souffrent vivront plus de cinq ans. C’est pourquoi, le Centre international de recherche sur le cancer a classé le radon 222 comme cancérigène pour l’homme.

Les expositions au gaz du radon

Le risque augmente proportionnellement à la concentration de radon et à la durée de l’exposition. Pour les personnes exposées au radon depuis environ 30 ans, des études épidémiologiques menées dans 11 pays européens, dont l’Italie, ont montré une augmentation du risque d’environ 16 % pour chaque 100 Bq/mc de concentration de radon. Le risque double donc pour atteindre environ 600 Bq/mc. La majorité de la population italienne est exposée à une moyenne de 100 Bq/mc, et environ 1 des concentrations moyennes supérieures à 400 Bq/mc.

Comme mentionné précédemment, l’exposition au rayonnement du radon est indirecte. L’isotope le plus instable du radon, le Rn-222, a une courte demi-vie (4 jours) et se décompose en d’autres nucléides radioactifs de la série du radium. Ces particules radioactives sont inhalées et restent dans les poumons, ce qui entraîne une exposition continue. Le radon est responsable de la majorité de l’exposition moyenne du public aux rayonnements ionisants. Il s’agit souvent de la plus grande contribution à la dose de rayonnement d’un individu.

Le risque provoqué par le radon dans la maison

Les niveaux de radon dans les maisons peuvent être facilement mesurés et les maisons peuvent être ajustées pour réduire le risque associé. Cependant, les niveaux de contrôle du radon et de remise en état des maisons requis par les gens sont généralement faibles. Ce n’est pas seulement à cause du coût, car même lorsqu’ils ont été offerts gratuitement, seuls 40 d’entre eux et les résidents ont bénéficié de l’offre. De nombreuses personnes sous-estiment la gravité ou les effets à long terme sur la santé de l’exposition au radon.

De plus, même lorsque les personnes sont informées que leur maison présente des niveaux élevés de radon et qu’elles sont sensibilisées aux menaces qui en résultent pour la santé, les taux de remédiation sont encore faibles. Les gens ont tendance à s’inquiéter davantage des radiations provenant des centrales nucléaires que des radiations dans leurs maisons, ils nient donc en fait le risque associé au radon dans la maison. Le risque de radon est naturel, et nous percevons généralement les menaces technologiques comme plus risquées que les menaces naturelles.

Pourtant, l’exposition au radon peut être augmentée ou diminuée par l’activité humaine, en particulier dans la construction de maisons. Un sous-sol mal isolé d’une maison par ailleurs bien isolée peut provoquer l’accumulation de radon à l’intérieur de la maison, exposant ses habitants à de fortes concentrations. La construction à grande échelle de maisons bien isolées et scellées dans le monde industrialisé a fait du radon la principale source de rayonnement de fond dans certains endroits du monde.

La provenance du radon

Le radon, en effet, émane du sol et de certains matériaux de construction partout dans le monde, partout où l’on trouve des traces d’uranium ou de thorium, et en particulier dans les régions dont les sols contiennent du granit ou du schiste, qui ont une plus forte concentration d’uranium. On le trouve aussi dans certaines eaux de source et sources thermales. Par conséquent, dans les zones géographiques où le radon est présent en forte concentration, il est considéré comme un contaminant important de l’air intérieur ou de l’eau.

La concentration de radon dans l’atmosphère est normalement mesurée en becquerel par mètre cube (Bq/ mc). Les concentrations de radon peuvent varier considérablement d’un endroit à l’autre et dans le temps, et aussi en fonction de la saison et des conditions météorologiques. Dans l’air, elle varie de 1 à 100 Bq/mc, et encore moins (0,1 Bq/mc) au-dessus de l’océan. Dans les grottes, les mines ventilées ou les habitations mal ventilées, sa concentration peut être de 20 à 2 000 Bq/mc.

Le gaz radon provenant de sources naturelles peut s’accumuler dans les bâtiments, en particulier dans les zones frontalières comme les penthouses et les sous-sols. Les expositions domestiques typiques, ou « normales », sont ≈ 100 Bq/mc à l’intérieur, mais les spécifications de construction et de ventilation influencent fortement les niveaux d’accumulation. Une autre complication pour l’évaluation des risques est que les concentrations en un seul point peuvent varier d’un facteur de deux en une heure et aussi différer sensiblement entre deux pièces adjacentes.

En outre, certains matériaux de construction peuvent libérer du radon par diffusion (exhalation) à l’intérieur d’un bâtiment s’ils sont riches en éléments progéniteurs radioactifs appartenant à la série naturelle de l’uranium 238 et sont poreux au gaz. En outre, si les matériaux de construction contiennent des roches en tant que telles riches en radionucléides naturels, comme les tufs et les granits, ou contiennent des « inertes » ou des « liants » d’origine volcanique (par exemple de la pouzzolane dans les plâtres), ils ont une radioactivité qui s’ajoute à celle du radon.

Le gaz radon et l’école

Comme le radon est généralement associé à des maladies qui ne sont détectées que plusieurs années après une forte exposition, nombreux sont ceux qui ne tiennent pas compte de la quantité de radon à laquelle les enfants sont exposés dans l’école qu’ils fréquentent presque tous les jours. La seule façon de connaître le niveau de radon est de le mesurer. Il n’est pas surprenant que l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) recommande que chaque école soit soumise à une mesure du niveau de radon.

Il est donc judicieux de demander à certaines entreprises spécialisées dans ce domaine de mesurer les niveaux de radioactivité possibles dus au radon et aux matériaux de construction. Mais si vous souhaitez effectuer un test de radon vous-même, vous pouvez aujourd’hui le faire également pour les non-experts, grâce à des kits spéciaux. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé une concentration de référence de radon de 100 Bq/mc. L’Union européenne recommande des actions à partir de concentrations de 400 Bq/mc pour les maisons anciennes et de 200 Bq/mc pour les maisons plus récentes. L’Agence américaine pour la protection de l’environnement (EPA) recommande fortement d’agir dans toute habitation dont la concentration est supérieure à 148 Bq/mc et encourage l’action à partir de 74 Bq/mc.

Les niveaux du radon dans l’air à l’intérieur d’un bâtiment peuvent être abaissés de plusieurs façons : du colmatage des fissures dans les sols et les murs à l’augmentation de la vitesse de ventilation du bâtiment lui-même. L’objectif, dans ce cas, est d’éviter le transport du radon depuis le sous-sol ou le sol et, en outre, l’accumulation ultérieure. Des systèmes plus complexes d’atténuation du radon prévoient plutôt une dépressurisation du radon au moyen de systèmes d’aspiration et de puits situés sous les fondations du bâtiment.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *