Le risque d’infarctus augmenterait à cause de la pollution

Depuis des années, un débat se déclenche avec acharnement  le problème de  la pollution environnementale causé par les particules et les oxydes d’azote dans les centres-villes. Le trafic automobile – en particulier avec les véhicules diesel – a été critiqué comme l’un des principaux pollueurs. Une des raisons des interdictions de conduire et autres restrictions. Dans certains cas, il y a même des demandes d’interdiction totale de la circulation automobile dans les centres-villes – stimulée  pour des raisons de santé.

Ces mesures sont-elles justifiées ou s’agit-il d’une réaction exagérée ? Quels sont les effets réels de la pollution de l’air par les particules sur la santé ?

8,8 millions de décès par an dus aux particules

Pendant longtemps, peu d’enquêtes bien fondées sont apparues . Des études récentes semblent confirmer une hypothèse peu récente  : la pollution atmosphérique augmente le risque d’une attaque  cardiaque – un des nombreux dangers pour la santé que représentent les fines particules de poussière.

L’année dernière, une nouvelle étude de l’Institut Max Planck de chimie et de l’Université de Mayence est parue dans le « European Heart Journal », qui constate un risque de mortalité dû aux particules nettement plus élevé que ce qui était supposé auparavant, enregistrant chaque année une mortalité évaluée à.4,5 millions de personnes  à cause de la pollution atmosphérique, l’étude tend ce chiffre à la hausse pour atteindre 8,8 millions de décès par an. Ces statistiques émanent des données plus récentes provenant de 16 pays au total, qui ont été publiées à l’automne 2018 dans une étude de synthèse dans le journal professionnel américain PNAS.

Comment les poussières fines affectent-elles le système cardiovasculaire ?

D’après l’étude, la pollution de l’air est tout aussi dangereuse pour l’organisme humain que le tabagisme – à la différence que les gens choisissent de fumer volontairement, alors que la respiration d’air pollué est forcée. Quel est l’effet des particules sur le système cardiovasculaire ?

Dans ce processus, la poussière fine génère ce qu’on appelle des radicaux libres – des molécules d’oxygène très réactives et agressives ou des composés organiques avec de l’oxygène – dans les vaisseaux du corps et active des systèmes enzymatiques similaires à ceux responsables du développement du diabète ou de l’hypertension.

Cela favorise l’artériosclérose – la redoutable athérosclérose – qui à son tour augmente le risque de crise cardiaque. En outre, la pollution par les particules augmente le stress et les réactions inflammatoires dans l’organisme, ce qui a un effet négatif sur le système cardiovasculaire et augmente la probabilité d’une crise cardiaque. Des niveaux élevés de particules augmentent donc considérablement le risque de crise cardiaque.

Étude : lien entre la concentration de poussières fines et le risque d’infarctus

Une étude récemment publiée dans la revue médicale « Environmental Health Perspectives » a fourni des conclusions similaires. Le premier auteur de l’étude est Kai Chen, professeur assistant à l’école de santé publique de Yale à New Haven, et la co-auteure Annette Peters, directrice de l’Institut d’épidémiologie du Helmholtz Zentrum München.

Dans l’étude, les données sur la pollution de l’air mesurées à différents endroits de la ville d’Augsbourg entre 2005 et 2015 ont été comparées aux données sur les crises cardiaques dans les environs pendant la même période.

Pour des raisons statistiques, ils se sont concentrés exclusivement sur les crises cardiaques non mortelles. Dans la comparaison, d’autres déclencheurs d’infarctus ont également été pris en compte et « déduits ».

Les résultats sont clairs : il existe une corrélation positive évidente entre la concentration de poussières fines et le risque d’infarctus. Dans les premières heures suivant une augmentation des particules, le risque – correspondant aux résultats de Mayence – est même particulièrement élevé.

Les poussières fines sont plus dangereuses pour le cœur que les oxydes d’azote

Néanmoins, il serait certainement faux de décrire la pollution de l’air comme la cause principale des crises cardiaques. Généralement, plusieurs facteurs se conjuguent. Mais une forte concentration de particules peut contribuer à déclencher une crise cardiaque – l’impulsion décisive, pour ainsi dire.

Pour les chercheurs de Mayence, le lien entre la pollution par les poussières fines et le risque de crise cardiaque est particulièrement évident. Il existe également des risques accrus de maladies pulmonaires, d’inflammation ou de cancer. Cependant, la corrélation est moins prononcée.

Lorsqu’on leur demande quel polluant est le plus dangereux pour le cœur – les particules ou l’oxyde d’azote – les chercheurs font clairement référence aux particules. Cela a un effet sur les dommages vasculaires beaucoup plus important que les oxydes d’azote. D’autre part, les oxydes d’azote sont plus nocifs pour les voies respiratoires et entraînent plus souvent des maladies pulmonaires.

Les controverses sur le diesel mentionnées au début de cet article concernent surtout les émissions critiques d’oxyde d’azote, alors que la pollution par les poussières fines du moteur à combustion peut être largement éliminée par des filtres appropriés. Néanmoins, l’oxyde d’azote n’est pas « neutre en termes de poussière fine ». Il peut se combiner avec d’autres particules dans l’air pour former des matières particulaires et déclencher un « effet de cœur ».

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *