Pollution radioactive en Italie : zones à risque !

Au jour d’aujourd’hui, l’Italie compte quatre centrales nucléaires. Celles-ci sont situées à Trino Vercellese, Caorso, Latina et sur le Garigliano. Elles ont toutes été fermées pendant des années, suite au référendum de 1987 ou parce qu’elles ont atteint leur limite d’âge. Elles ne présentent donc plus de risques potentiels d’accidents avec des retombées régionales ou mondiales, mais seulement des risques liés au démantèlement ou à des problèmes passés.

En application du décret législatif 230/95, et ses modifications et ajouts ultérieurs, une autorisation préalable est exigée pour toute possession et l’utilisation de matières radioactives et de dépôts de déchets radioactifs.

Liste des centrales et réacteurs nucléaires italiens

On compte au moins 90 installations autorisées à utiliser des sources radioactives en Italie. Les petits réacteurs nucléaires des universités et des centres de recherche aux installations de rayonnements radioactifs, les accélérateurs à usage industriel et de recherche aux cyclotrons pour la TEP et les laboratoires aux dépôts de déchets radioactifs.

Aujourd’hui, en Italie, seuls quatre réacteurs de recherche sont en service à savoir :

  • le réacteur AGN 201 « Costanza » installé à l’Université Polytechnique de Palerme utilisé à des fins d’enseignement ;
  • les réacteurs TRIGA RC-1 (1 MW) et TAPIRO (5 kW) du centre ENEA de Casaccia, utilisés pour la recherche dans le domaine de la physique du solide et de la physique nucléaire et pour des applications dans le domaine médico biologique ;
  • un réacteur TRIGA MARK II à l’université de Pavie, d’une puissance calorifique de 250 kW en mode stationnaire et de 250 MW en mode pulsé, utilisé pour l’irradiation neutronique de matériaux et, dans certains cas, à des fins médicales.

Qu’en est –il du démantèlement des installations et de la sécurisation des déchets radioactifs ?

Des activités sont en cours à un stade plus ou moins avancé selon les installations. Ces activités sont liées au démantèlement des installations et à la sécurisation des déchets radioactifs résultant de l’exploitation passée des 4 grandes centrales nucléaires déclassées.

L’installation de stockage Avogadro de FIAT AVIO, située sur le site de Saluggia (VC), stocke tous les éléments combustibles irradiés de la centrale du Garigliano et une partie de ceux de la centrale de Trino.

Les 7 à 8 000 mètres cubes de déchets radioactifs de haute activité provenant des quatre centrales électriques et des autres installations mineures déclassées se trouvent encore sur des sites temporaires, en attendant d’être transférés vers l’installation nationale unique de stockage, pour laquelle le site de Scansano Ionico (MT) est en cours d’évaluation.

Les 25 à 30 000 mètres cubes de déchets radioactifs de moyenne et de faible activité, provenant des hôpitaux sont dispersés dans toute l’Italie dans une vingtaine de dépôts et de sites différents, ainsi que dans d’autres sites mineurs comme les installations de stockage temporaire des hôpitaux.

Une évidence s’impose aujourd’hui, à l’exception des Sardes, chaque Italien possède en moyenne au moins un dépôt de déchets nucléaires à moins de cent kilomètres de chez lui.

Les risques liés aux installations de stockage des déchets radioactifs

Avec les 70 bombes nucléaires B-61 stockées par les États-Unis en Italie (50 à Aviano et 20 à Ghedi-Torre) et les armes à l’uranium appauvri utilisées dans le polygone de Quirra, en Sardaigne, les installations de stockage des déchets radioactifs, dont beaucoup sont présents à l’intérieur même des installations civiles et militaires des radio-isotopes utilisés dans les hôpitaux et les centres de diagnostic, on dénombre de nombreux cas de cancer et de malformations.

En effet, depuis 1972, on aurait constaté une augmentation progressive des cas de cancer, de leucémie et de malformations congénitales dans la zone du « cratère nucléaire ».

En note également, l’incidence du cancer et des leucémies dans la plaine du Garigliano, selon les données recueillies et publiées par Marcantonio Tibaldi. Ces valeurs, auraient à peu près doubler après la mise en service de la centrale, avec un pourcentage plus élevé dans les endroits les plus proches de la centrale. Elle aurait même triplé après la fermeture de la centrale par rapport aux valeurs avant l’ouverture.

Cependant, à ce jour, aucune étude épidémiologique, même rétrospective, n’aurait été réalisée par le ministère de la santé, et dans ces domaines, le registre du cancer n’a pas encore été activé.

En 2013, un médecin qui a travaillé pendant sept ans à l’hôpital de Sessa Aurunca entre 1992 et fin 1998 a écrit à ce sujet : « dans le service où j’étais (chirurgie générale), il y avait une incidence de cancer chez les jeunes qui dépassait déjà alors 10 % de la moyenne nationale et même plus. Et nous parlons d’une série de pathologies tumorales corrélées à la centrale, car il s’agissait de pathologies typiques causées par l’exposition à des agents radioactifs ».

Bien qu’ils aient essayé de rejeter la faute sur d’autres éléments polluants, comme les antiparasitaires, afin de ne pas alarmer la population, il faut dire que très peu de gens y croyaient parmi ceux qui vivaient ces situations de maladie, et personne n’y croyait parmi ceux qui y travaillaient et avaient un œil sur les données et la pathologie.

Les malformations génétiques, selon les données relatives à l’hôpital « Dono Svizzero » de Formia, extraites de Di Marco, sont également in crescendo : elles vont de 5 (1971) à 6 (1974), à 12 (1976), à 13 (1978, 1979, 1980), pour un total de 90.

Parmi les nombreuses malformations détectées, on peut citer : des cas d’anécéphalie, des cas de cardiopathies congénitales de polydactylie, de syndactylie, de macrosomie, de syndromes polymalformatifs dus à des altérations chromosomiques, de microcéphalies, de macrocéphalies, de schizophrénies palatines, de trisomies, d’achondroplasies, de hypospadies balaniques,…

L’élimination illégale des déchets radioactifs

Ensuite, il y a l’élimination illégale des déchets radioactifs, ce qui signifie qu’il existe des décharges illégales contenant également des déchets radioactifs déjà découverts. C’est le cas, par exemple, du « Pays des feux » – et, probablement, d’autres encore à trouver, et peut-être des navires coulés au fond de la mer avec des fûts de matériaux radioactifs. Dès 1997, en effet, Greenpeace avait déjà dénoncé un marché clandestin de stockage incontrôlé de déchets radioactifs et non radioactifs, qui avait tenté de déverser illégalement des déchets nucléaires et toxiques dans les pays en développement ou de les enterrer au fond de la mer.

Le cas de la centrale électrique du Garigliano

En ce qui concerne la contamination radioactive sur le territoire italien qui, hormis les événements à l’échelle mondiale auxquels un article distinct est consacré, ne concerne probablement qu’une zone limitée autour de certaines sources illégales ou légales mais non correctement gérées. Le cas « historique » de la centrale nucléaire du Garigliano, à la frontière entre le Latium et la Campanie, devenue opérationnelle en juin 1964 et utilisant de l’uranium (208 barres, dont 72 ont été remplacées entre 1968 et 1975 par des barres de plutonium, un matériau dont la dose létale est de 1/10 de milligramme) mérite une mention spéciale.

Comme l’explique en détail Emiliano Di Marco dans l’un des nombreux articles sur le sujet, en 15 ans d’activité, l’usine aurait libéré 36 mètres cubes par heure de vapeur qui est entrée en contact avec les barres d’uranium, qui s’est « échappée » des filtres de la cheminée (efficacité 99,97%), ce qui a libéré 120 000 mètres cubes de substances aérogènes dans l’air chaque heure.

Elle aurait également recueilli une douzaine d’accidents de diverses entités documentés par les environnementalistes locaux.

Parmi ces épisodes, on peut citer l’inondation du Garigliano en 1976, où l’eau est entrée en contact avec des matières radioactives et a contaminé la zone maritime environnante, et d’autres, en 1972 et 1976, où il y aurait même eu une explosion impliquant les filtres, avec des conséquences relatives.

En plus, depuis des années, les habitants du quartier parlent d’une série d’animaux, surtout de veaux, d’agneaux, moutons, … nés avec deux têtes ou avec de grandes malformations morphologiques ou génétiques dans la zone autour de la plante.

La photo d’un lézard à deux têtes prise dans la région en 2012 a également fait beaucoup de bruit, car elle serait extrêmement rare (on mentionne un cas en Caroline du Nord en 2008). Sur le web, il y a aussi une vidéo impressionnante dans laquelle l’avocat Tibaldi a documenté et dénoncé, il y a des années, les anomalies sur les animaux et les légumes.

Déjà un rapport de 1983 sur quatre campagnes de mesures menées par l’ENEA, entre 1980 et 1982, sur une superficie de 1700 km2, documentait l’action de contamination radioactive liée aux radionucléides césium-137 et cobalt-60, de la zone du Golfe de Gaeta suite au rejet des effluents liquides de la centrale de Garigliano. Mais aussi des valeurs de plutonium jusqu’à 4 fois supérieures aux retombées historiques (égales à 81 Bq/m² à ces latitudes).

Des mesures plus récentes (2013-2014) de la radioactivité environnementale dans les zones entourant l’usine ont été effectuées par ISPRA et rassemblées dans un rapport public.

Les niveaux de concentration moyens du radon (isotope Rn-122) à l’intérieur des bâtiments en Italie

Ces enquêtes ont permis d’établir des cartes thématiques dans lesquelles sont représentées les zones à incidence différenciée du phénomène.

Ils ne doivent pas être considérés comme indicatifs de la concentration de radon dans les bâtiments individuels ou utilisés pour identifier les zones où il serait jugé inapproprié d’effectuer la mesure du radon.

On peut trouver des concentrations élevées de radon sur l’ensemble du territoire, même dans des zones définies où la concentration est faible ou la probabilité de trouver des concentrations élevées est faible, et la seule façon de connaître la concentration de radon est la mesure directe.

Ces dernières années, des campagnes ont été entreprises dans différentes régions pour affiner la connaissance des niveaux de concentration de radon dans différentes parties du territoire.

Ces activités répondent aux exigences de la législation, qui impose aux régions et aux provinces autonomes d’identifier les zones de leur territoire présentant une forte probabilité de concentrations élevées de radon (zones sujettes au radon), sur la base des données déjà disponibles et des résultats de campagnes d’enquête spéciales.

Dans chaque région, des campagnes ont également été menées dans des zones plus limitées, comme des villes isolées ou des contextes géographiques spécifiques.

La situation des activités en cours en Italie dans les différentes régions est malheureusement très inégale, comme un léopard, et certaines sont très en retard (voir figure).

En attendant la définition au niveau national des critères pour la cartographie territoriale du radon, les actions de caractérisation des différentes régions sont basées sur une subdivision du territoire en mailles géométriques régulières, sur la répartition municipale, les caractéristiques géologiques du terrain, ou sur une combinaison de l’ensemble de ces approches.

Cartographie du radon en Italie

D’autre part, le gaz radon est considéré comme le principal responsable du fond naturel de rayonnement ionisant. Ce dernier peut localement prendre des valeurs qui nécessitent une certaine forme d’intervention. Il est donc utile d’approfondir le sujet pour comprendre quelles sont les régions du pays les plus à risque.

Selon une enquête menée par l’Agence de protection de l’environnement (APAT) dans les années 1989-1997, en Italie, la valeur moyenne nationale de la concentration de radon dans les habitations est de 70 /-1 Bq/mc, une valeur supérieure à la moyenne mondiale d’environ 40 Bq/mc. On considère que les résultats de cette enquête nationale sont, à ce jour, toujours valables, puisque, malgré la forte variabilité locale des niveaux de radon, la moyenne nationale et les moyennes régionales annuelles sont considérées comme stables dans le temps.

Le choix du nombre de logements et leur répartition sur le territoire a été fait pour chaque région en tenant compte de la population totale et de la taille des centres habités, afin d’obtenir des données utiles pour l’évaluation de la concentration moyenne sur l’ensemble du territoire national.

Le risque de développer un cancer du poumon pour le radon avec une exposition de 30 ans augmente d’environ 16 % pour chaque concentration de 100 Bq/mc de radon. Ainsi, le risque double pour atteindre environ 600 Bq/mc. La majorité de la population italienne est exposée à une moyenne de 100 Bq/mc, environ 4 % sont exposés à des concentrations moyennes supérieures à 200 Bq/mc et environ 1 des concentrations moyennes supérieures à 400 Bq/mc.

La différence considérable entre les moyennes des régions est principalement due aux différentes caractéristiques géologiques du sol, qui est la principale source de radon.

Il convient de noter qu’au sein des différentes régions, des variations locales, même considérables, de la concentration de radon sont possibles, de sorte que la valeur de la concentration moyenne régionale ne fournit malheureusement pas d’informations utiles sur la concentration de radon dans les habitations individuelles.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *