Quels sont les substances dangereuses dans les emballages alimentaires ?

Les aliments emballés dans des boîtes de conserve, des Tetrapaks, du plastique, du film cellophane et des cartons remplissent les rayons de nos supermarchés. La longue durée de conservation de ces produits permet de maintenir un bon stock. On sait peu que des substances indésirables, dont certaines sont même toxiques, peuvent passer de certains emballages dans les aliments.

A. Les emballages peuvent contenir des substances indésirables

Il est impossible d’imaginer notre vie quotidienne sans aliments emballés. Ils offrent de nombreux avantages dans notre environnement, qui se caractérise par la pression du temps et l’agitation. De nouveaux emballages particulièrement conviviaux et facilitant la manipulation des produits sont constamment mis au point. En conséquence, l’utilisation de nouvelles technologies et de nouvelles matières premiers est nécessaire. 

Malheureusement, on ignore encore totalement les effets de certaines de ces matières premières sur notre santé. Dans la plupart des cas, nous n’absorbons que de très petites quantités de substances indésirables qui pénètrent dans les aliments par l’intermédiaire de l’emballage, et qui sont généralement inoffensives pour la santé. Néanmoins, beaucoup de saisies sur l’étagère des aliments ne doivent pas passer inaperçues.

– Emballé dans du plastique

Qu’il s’agisse de saucisses ou de fromage, de sucreries, de pain ou de fruits, on peut obtenir presque tous les produits alimentaires emballés dans du papier d’aluminium ou du plastique. Dans le secteur alimentaire, un grand nombre de plastiques sont utilisés. Il s’agit notamment du polyéthylène, du polypropylène, du polystyrène et du PVC rigide. Sous forme de films, de blisters et d’autres formes d’emballage, nos denrées alimentaires sont enveloppées dans du plastique. Des rapports répétés indiquent que des substances peuvent être transférées des plastiques aux aliments. Certaines d’entre elles sont des substances toxiques indésirables. Les matériaux d’emballage suivants sont particulièrement critiques. Voici une explication détaillée des effets des différentes substances.

– Chlorure de vinyle

Le chlorure de vinyle est la matière première pour la production de PVC : chlorure de polyvinyle, qui est utilisé comme revêtement protecteur pour les emballages revêtus de produits alimentaires ainsi que pour les films et les films composites. Le chlorure de vinyle est soupçonné d’avoir un effet faiblement mutagène et cancérigène. On pense qu’il favorise les sarcomes du foie en particulier, car les toxines sont principalement traitées dans le foie. Cependant, il n’existe toujours pas de résultats fiables indiquant un pouvoir cancérigène. Néanmoins, pour des raisons de précaution, le passage à l’alimentation ne doit pas être détectable pour cette substance.

– Huile de soja époxydée : ESBO

L’ESBO est utilisé comme plastifiant et stabilisateur végétal pour le PVC, notamment dans les mastics de couvercles et les films de dessin. Dans les couvercles des conserves et des aliments en verre, il peut représenter jusqu’à 40 % de la masse d’étanchéité. Le facteur décisif pour que l’ESBO passe dans l’aliment est le contact direct avec l’aliment et sa teneur en graisse. Ses grandes quantités peuvent passer dans des aliments très gras comme le pesto, la pâte d’olive et les légumes marinés dans l’huile. Il a été détecté dans de nombreux aliments conditionnés en bocaux à vis, dont des aliments pour bébés. 

À ce jour, il n’y a pas assez de données pour évaluer son importance pour la santé humaine. Cependant, il existe des preuves de la toxicité d’un contact répété avec l’ESBO. La dose journalière admissible a été fixée à 1 mg par kg de poids corporel. Comme la limite de la dose journalière des nourrissons est beaucoup plus basse et que, par exemple, les aliments pour bébés en bocaux pourraient contenir de l’ESBO, il y a actuellement une discussion sur la fixation d’un niveau maximum ESBO détectable dans les emballages alimentaires.

– Zinn

Qu’il s’agisse de légumes, de fruits ou de poisson, la bonne vieille boîte de conserve a sa place sur l’étagère des aliments. On sait depuis longtemps que les boîtes de conserve peuvent se transformer en étain dans leur contenu lorsqu’elles sont exposées à l’air. L’étain est un métal lourd relativement non-toxique. Cependant, l’ingestion de quantités plus importantes peut entraîner des diarrhées et des vomissements. 

Les aliments provenant de boîtes en fer-blanc doivent donc être traités rapidement et les restes transférés dans un autre récipient. Cependant, le risque d’absorber de fortes concentrations d’étain est généralement très faible, car les fabricants allemands utilisent principalement des boîtes en étain avec un revêtement interne ou de la peinture.

– BADGE : Bisphénol-A-diglycidyléther

Mais les revêtements et les peintures peuvent également contenir des substances indésirables, comme le BADGE : éther diglycidylique de bisphénol A. Le BADGE est un plastifiant qui peut être transféré des revêtements intérieurs des boîtes de conserve au matériau de remplissage. Lors d’enquêtes menées en Suisse et en Allemagne, par exemple, des teneurs élevées ont été constatées dans l’infusion d’huile de poisson en conserve et dans les aliments en conserve dont le couvercle était arrachable. Le plastifiant sert vraisemblablement à obtenir une flexibilité optimale du revêtement. 

Le BADGE est soupçonné de modifier l’équilibre hormonal des humains par un effet anti-androgène. Un risque de cancer ou un danger pour la santé initialement supposé n’a pas pu être confirmé jusqu’à présent. Néanmoins, la Commission européenne a fixé une limite de 1 mg par kg de nourriture.

– Esters d’acide phtalique : phtalates

Les phtalates sont utilisés comme plastifiants pour le PVC, le polystyrène et d’autres plastiques. Ils sont ajoutés aux matériaux afin d’optimiser leur extensibilité et leur transformabilité. Le phtalate le plus courant est le DEHP : di-2-éthylhexyl phtalate. Les phtalates n’ont pas encore fait l’objet d’études et d’évaluations toxicologiques approfondies. 

Il est probable qu’elles interfèrent avec l’équilibre hormonal humain en ayant un faible effet œstrogène et affectent ainsi le développement des organes reproducteurs. Ils sont également soupçonnés de favoriser le diabète chez les hommes. Cependant, depuis sa réglementation, le DEHP ne se trouve que dans les emballages médicaux et ne devrait plus être détecté dans les emballages alimentaires. Au lieu du DEHP, que l’on soupçonne d’être dangereux pour la santé, seul le DINP : di-isononyl phthalate est désormais utilisé, ce qui serait moins préoccupant. 

En règle générale, cependant, les quantités de phtalates qu’on ingère par l’intermédiaire de l’environnement ou de l’alimentation sont si faibles que l’Institut fédéral d’évaluation des risques a estimé que le risque pour la santé était très faible. Seulement 1,5 % des nourrissons examinés dans une étude ont montré une quantité accrue de phtalates dans le corps, ce qui était probablement lié au contact oral permanent avec des jouets en plastique.

– Nourriture dans des boîtes en carton

Pizza et hamburgers sont disponibles en fast-food à tous les coins de rue. La boîte en carton est bien sûr incluse afin que la nourriture arrive chez vous en un seul morceau. Pour éviter que le carton et le papier ne se ramollissent pendant l’utilisation, ils sont souvent enduits de produits chimiques perfluorés, car ceux-ci sont repoussants pour la graisse et l’eau. 

Les enquêtes ont montré que les produits chimiques perfluorés peuvent contenir des FTOH : alcools fluorés comme impureté. On soupçonne que ces substances sont transférées dans les aliments et pénètrent ainsi dans le corps humain, où elles peuvent s’accumuler en raison de la lenteur de leur dégradation. On sait peu de choses sur les risques pour la santé du consommateur. Cependant, sur la base des résultats des expériences sur les animaux, la substance est classée comme critique.

B. Comment peut-on se protéger ?

Afin de protéger le consommateur, l’Institut fédéral d’évaluation des risques : BfR fixe des quantités maximales et des valeurs-limites pour les substances dangereuses pour la santé. Des recherches sont également menées dans le domaine de la sécurité alimentaire, entre autres dans le but de développer de nouvelles technologies pour la production d’aliments et d’emballages qui garantissent un niveau élevé de sécurité des consommateurs tout en maintenant le même niveau d’efficacité. De nombreux fabricants ont déjà réagi et renoncent à ces substances douteuses, en particulier dans le cas de produits critiques tels que les aliments gras et les aliments pour bébés dans des pots avec des bouchons à vis. Mais le comportement d’achat critique des consommateurs est également demandé.

C. 5 conseils pour éviter les substances nocives dans les emballages

Presque tous les emballages conventionnels peuvent contenir des traces de substances qui se volatilisent dans l’environnement, sur nos biens de consommation et sur les aliments. Pour la plupart des substances, des dommages durables à la santé ou une cancérogénicité accrue n’ont pas pu être clairement démontrés. Cependant, il reste incontestable que l’absorption de ces substances en grandes quantités n’est pas saine. Ceux qui se passent autant que possible de marchandises emballées dans du plastique n’ont pas à s’inquiéter d’un éventuel empoisonnement. On a rassemblé ces 5 conseils pour éviter les phtalates et autres dans la vie de tous les jours.

Publié le
Catégorisé comme Divers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *